Fondation de Beaulieu La Municipalité est-elle surchargée ?

Après avoir appris la situation de la Fondation de Beaulieu dans la presse, le PLR lausannois se pose des questions sur la gouvernance de cette institution, mais aussi sur la gestion de ce dossier par la Municipalité et sur la surcharge des municipaux lausannois.

S’il est connu depuis longtemps que la situation de Beaulieu n’est pas rose, rien ne laissait présager qu’elle était telle qu’annoncée à la presse. En 2000, la commune de Lausanne avait investi 33 millions dans cette institution, alors que l’Etat de Vaud en injectait déjà 30 millions et les communes de Lausanne Région 10,25 millions. Cette institution se plaint régulièrement d’avoir de la peine à rentrer dans ses frais, alors que la gestion du théâtre n’est plus de sa responsabilité. Afin de s’assurer d’un contrôle externe et impartial de l’utilisation qui a été faite de l’argent public, le PLR Lausanne signalera le cas à la Cour des comptes du Canton.
 
Pas moins de trois municipaux ont été nommés au conseil d’administration pour s’assurer de la bonne gestion des deniers publics. Cela n’a cependant pas empêché la situation que nous connaissons. Nos élus restent humains et les journées n’ont que 24 heures pour tout le monde. Il est donc légitime de se demander si la multiplication des mandats n’entraîne pas une charge de travail excessive pour notre exécutif. Dans la mesure où la municipale Florence Germond est présente dans le conseil de la fondation de Beaulieu depuis 2011, comment se fait-il qu’elle ait mis 6 ans à « poser des questions pertinentes », comme le relatait le quotidien « 24heures » par la voix d’une autre municipale ? Ne serait-il pas plus efficace de nommer certains chefs de service ou d’autres représentants de la Municipalité dans certains conseils ?
 
Finalement, le PLR est choqué que la Municipalité ait fait passer un préavis en urgence sur l’avenir de Beaulieu au Conseil communal juste avant d’annoncer l’audit et ses résultats. La Municipalité donne l’impression d’avoir eu peur de la réaction du Conseil communal et a préféré faire de la rétention d’information pour être sûre d’arriver à ses fins. Ce procédé est irrespectueux du débat démocratique et de nos institutions.
 
Le PLR déposera donc ce mardi l’interpellation urgente via ce lien par l’intermédiaire de sa présidente Florence Bettschart-Narbel

 

 

________________________________________________________

Pour tous renseignements complémentaires :

Florence Bettschart-Narbel, présidente du PLRL et conseillère communale, 076 347 08 87

Matthieu Carrel, chef de groupe et conseiller communal, 079 768 99 66

Henri Klunge, secrétaire général et conseiller communal, 078 835 16 01